TC - confinement

Aller en bas

TC - confinement

Message par Jax Beauchamp le Mar 19 Juin - 14:54

Brandon Rose a écrit:Le baseball n’était pas son sport de prédilection, mais Bran s’était tout de même rendu au match du lycée de Windmont. Qui sait, peut-être que parmi ces public school kids, il y aurait un talent caché digne d’être repêché par les sélectionneurs d’Edgewater et modelé pour un sport plus noble ? Puisqu’il quittait l’équipe d’escrime à la fin de l’année, il était en charge de trouver un nouveau capitaine et d’organiser l’effectif. Du moins, c’était ce qu’il avait promis à son coach, et ce qu’il se racontait comme mensonge (un de plus, un de moins, quelle différence ?) pour expliquer sa présence ici. En vérité, il espérait tout autre chose et même si c’était fou, même s’il en crevait de trouille, il ne pouvait pas faire taire l’espoir qui vrombissait dans tout son être alors qu’il passait la foule au crible d’un regard anxieux, son portable tournoyant entre ses mains. Aurait-il dû envoyer un message ? Son orgueil le poussait à l’insoumission et il se contentait alors de guetter, le cœur battant, bourdonnant de nervosité à la manière d’une abeille. Il n’avait même pas prévenu Timmy ou Alfie qu’il serait là. En fait, il ne pensait à rien, ne réfléchissait plus à rien, si ce n’est aux yeux verts et à la haute silhouette de Jax Beauchamp. Même lorsque les policiers adjoignirent la foule de se regroupe dans le gymnase, il ne chercha même pas à comprendre pourquoi. Les raisons dramatiques du confinement lui passèrent complètement au-dessus de la tête – tout ce qu’il voyait, c’était qu’il est coincé. Après quelques minutes d’attente sur l’un des gradins du gymnase, il n’y tint plus et malgré l’ordre de rester bien en vue, il descendit de l’escalier en ferraille et se mêla à la foule de Windmont, plus ou moins regroupée au centre du gymnase avant de repérer un couloir adjacent à la salle principale qui paraissait déserté. Parfait. Sans attendre, il s’y faufila et lorsqu’il fut sûr de ne plus être en vue de quoi, il se cala contre un mur et sortit son téléphone, le fixant avec hésitation. Une seconde, puis dix, puis vingt, puis trente, puis une minute, deux et au final, rien, toujours l’orgueil qui le paralysait jusque dans le moindre de ses muscles, incapable d’acter sur le désir qui taraudait la moindre de ses cellules.
avatar
Jax Beauchamp

Messages : 77
Date d'inscription : 20/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: TC - confinement

Message par Jax Beauchamp le Mar 19 Juin - 14:55

Jax Beauchamp a écrit:Jax était venu plus par habitude qu’autre chose. Quand il était au lycée, ce genre de match était toujours une bonne excuse pour fuir la maison et rejoindre Jake et Trent. Quand son père lui demandait, dans un grognement irrité, où il comptait aller, comme ça ? Jax lui rétorquait qu’il avait match, comme s’il jouait dans l’équipe de son lycée alors qu’il avait été viré de celle-ci à cause de ses absences répétées. Il était pourtant bon, il n’était pas naïf au point de croire qu’il était passé à côté d’une carrière de haut niveau à cause de ses mauvaises habitudes mais il aurait peut-être pu faire quelque chose de mieux s’il avait continué. Il aurait peut-être pu terminer le lycée, au moins, ce qu’il n’avait pas fait et ne ferait désormais plus jamais. Le jeune homme n’éprouvait aucune rancœur à ce sujet, même si, les jours sombres, il regrettait d’être enlisé dans ce quotidien sans saveur qui se répétait inlassablement et lui donnait l’impression qu’il allait finir comme son père : rustre, à haïr le monde entier comme si c’était celui-ci qui était en faute, seul avec ses boissons, à ruiner sa santé, non pas avec l’alcool, comme son patriarche, mais en se broyant le dos à la scierie.
Ce soir, ce n’était pas ça qu’il avait en tête. Ce soir, il s’était posté à l’extrémité du terrain, vidant quelques bières avec ses deux amis, feignant de s’intéresser au match alors que son regard était vissé aux gradins et, plus précisément, à une silhouette perdue au milieu des autres. La foule n’avait pas empêché Jax de repérer Bran, comme si le gamin était auréolé d’une lumière particulière qui permettait au radar interne de l’ouvrier de le localiser, un compas ou un instinct qui lui permettait toujours de savoir si l’adolescent pénétrait dans son champ de vision. Ce soir, ça n’avait pas raté et Jax avait passé le temps qu’avait duré le match à contempler celui qui s’était immiscé partout en lui, de son esprit buté à chacune de ses cellules et, plusieurs fois, Jake et Trent avaient dû lui balancer leur canette de bière vide pour qu’il sorte de sa torpeur.
Le rêve éveillé avait cependant été écourté quand la consigne avait été de rejoindre le gymnase. Jake avait filé ni une ni deux, comme s’il pressentait le danger, mais Trent et Jax n’en avaient pas eu le réflexe et avaient dû, sur ordre d’un flic qui les avait interceptés, rejoindre les autres spectateurs. Jax était donc entré dans le gymnase en se disant qu’il n’y avait plus mis les pieds depuis l’ère du lycée – même s’il avait fait une incursion dans celui d’Edgewater Academy quelques semaines plus tôt, mettant ainsi en branle un destin inattendu. Il s’était rangé dans un coin, plus par instinct de protection, jouant la carte de la discrétion, qu’autre chose. Trent avait disparu sans prévenir, ce dont Jax ne s’étonna pas, ses amis et lui semblant être liés par une amitié élastique qui ne requérait pas qu’ils doivent rendre des comptes aux autres.
Et c’était tant mieux car, à nouveau, Jax repéra Bran dans la foule et il l’observa, essayant de savoir s’il était seul ou attendait quelqu’un et quand le jeune homme s’éloigna discrètement, Jax quitta son poste, comme propulsé par une volonté plus forte que tous ses muscles réunis. Il suivit l’impertinent dans un couloir et le trouva occupé à contempler son téléphone. Qu’avait-il donc avec cet appareil ? Jax ne se posa pas la question plus longtemps et il se glissa dans son dos, tel une ombre funeste, pour venir souffler à l’oreille de l’adolescent, sur un ton chaud et teinté de provocation, donnant à sa phrase l’allure d’un jeu espiègle, chose dont Jax n’avait clairement pas l’habitude :
- Si tu t’ennuies, tu peux toujours me rejoindre dans la pièce où ils rangent le matériel…
Il lâcha sa suggestion d’un air de ne pas y toucher, sans lui adresser un regard supplémentaire, alors qu’il le dépassait et empruntait un couloir perpendiculaire, un léger sourire aux lèvres et le cœur en déroute. Il vit au loin deux silhouettes – un adolescent de haute taille et une fille plus petite qu’il aurait reconnue comme étant Topaz s’il n’avait pas eu pour unique objectif d’atteindre la porte de la salle de rangement avant que les deux ne le remarquent – et longea le mur avant d’ouvrir la porte et de se glisser dans la pièce plongée dans l’obscurité. Cela sentait les matelas usés et la poussière, rien de romantique, mais Jax s’en fichait du moment que Bran vienne à lui, comble à nouveau l’espace entre eux et calme cette faim qui rongeait Jax depuis qu’il avait eu Ban dans son lit.
avatar
Jax Beauchamp

Messages : 77
Date d'inscription : 20/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: TC - confinement

Message par Jax Beauchamp le Mar 19 Juin - 14:55

Brandon Rose a écrit:@"jax beauchamp"

Il aurait pu rester longtemps ainsi, à fixer l’écran maudit, à se demander s’il pouvait – devait – envoyer un message, si encore une fois il devait faire le premier pas. Mais le destin choisit pour lui et il sursauta lorsqu’il sentit qu’on se penchait à son oreille et qu’une voix rauque qu’il connaissait bien alluma au creux de son ventre l’étincelle qui se propagea comme un feu de forêt. Les joues embrasées, le corps presque en lévitation, Bran se retourna et vit tout juste Jax disparaître au-détour d’un couloir. Ses jambes réfléchirent pour lui et il le suivit. Tout concentré qu’il était, il ne remarqua même pas Alfie et stoppa net lorsqu’il parvint devant le local. La porte était légèrement entrouverte, preuve que Jax l’y attendait déjà, et Bran reprit contenance, l’ouvrant lentement pour pénétrer avec une certaine gravité dans la petite pièce. Il referma la porte derrière, tâtonna pour trouver l’interrupteur et leur donner un semblant de lumière, et ils se retrouvèrent face à face, au milieu des ballons crevés et des maillots abandonnés. Bran regarda autour de lui et eut une petite moue capricieuse en effleurant une étagère : tout pour ne pas donner l’impression qu’il se jetait dans la gueule du loup. « Romantique. » lâcha-t-il en plissant le nez, frottant ses doigts couverts de poussière l’un contre l’autre. Il releva les yeux vers Jax et son cœur bondit : de nouveau seuls, de nouveau à l’abri des regards. Il n’avait qu’une envie, il le réalisait à l’instant, c’était d’effacer toute distance entre eux et de se jeter dans ses bras, de le sentir autour de lui, de s’abandonner dans sa chaleur, son parfum. Mais pas question d’apparaître désespéré. « Tu m’as l’air d’être un habitué. » lâcha-t-il l’air de rien, la voix détachée. Il croisa les bras devant lui et approcha de l’ouvrier, affichant toujours une mine nonchalante, regardant toujours autour de lui. « Tu en as amené beaucoup avant moi, ici ? » demanda-t-il en reposant les yeux sur lui, haussant un sourcil interrogateur tandis qu’il peinait à dissimuler le sourire qui creusait ses fossettes.
avatar
Jax Beauchamp

Messages : 77
Date d'inscription : 20/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: TC - confinement

Message par Jax Beauchamp le Mar 19 Juin - 14:55

Jax Beauchamp a écrit:@"Brandon Rose"

Jax se cala dans un coin, observant le rai de lumière qui passait par l’entrebâillement de la porte. Il se pouvait toujours que Bran le laisse poireauter là sans jamais venir mais pourquoi l’aurait-il fait ? Pas après la soirée qu’ils avaient passée ensemble et qui provoquait des ondes folles dans le corps de l’ouvrier à chaque fois qu’il ne faisait qu’y songer. Un frisson lui parcourut la peau, une nouvelle fois, alors qu’il revoyait l’adolescent qui se dénudait avec tant de facilité, qui s’offrait à lui, qui s’ouvrait comme une fleur et à chaque fois que Jax fermait les yeux pour se remémorer les sensations, le rouge lui montait aux joues, le sang affluait dans son cœur, le faisant battre comme un fou. Cette fois, il garderait les yeux bien ouverts, ne se laisserait pas emporter par des rêveries sensuelles. Une silhouette pénétra dans le local et Jax n’eut pas besoin de le voir pour savoir qu’un autre ne s’était pas faufilé à la place de Bran. Le parfum du jeune homme lui confirma cependant ce que tous ses sens savaient déjà et quand la lumière éclaira la pièce, Jax papillonna des paupières. Il fallut quelques secondes à sa vue pour se faire à cette soudaine clarté. Les mains pressées dans son dos, Jax ne bougea pas, se contentant de regarder Bran avec un léger sourire. Il était venu, sans se faire désirer, et Jax se demanda s’il était habité des mêmes souvenirs, si les sensations le hantaient comme elles le faisaient avec lui, le soumettant à une douce torture qu’il n’aspirait qu’à réitérer.
- Désolé, le restaurant était complet, répliqua Jax, légèrement ironique.
Il se détacha lentement du mur, amorçant un premier mouvement, sans pour autant vraiment approcher de Bran. Malgré tout, malgré ce qu’ils avaient partagé, il restait impressionné par le gamin, il continuait à éprouver cette peur de le toucher, d’être rejeté s’il esquissait un geste maladroit.
La remarque de l’impudent le laissa quelque peu perplexe et il fronça les sourcils, ne comprenant pas ce qu’il sous-entendait.
- Quoi ? demanda-t-il, un peu sur la défensive.
Avec Bran, après tout, cela pouvait aller dans toutes les directions possibles, d’une déclaration d’une sincérité déstabilisante à des commentaires assassins auxquels Jax ne savait jamais comment réagir – autrement que par une agressivité défensive. L’adolescent croisa les bras et s’approcha, demandant s’il avait amené beaucoup de garçons avant lui. Ici. Jax émit un rire bref, un peu moqueur et secoua la tête, incrédule.
- Dans un local poussiéreux, tu veux dire ? lâcha-t-il, sarcastique. Non, tu es le seul à en avoir eu l’honneur. Satisfait ?
Il ponctua sa question d’une main tendue pour attraper le bas du t-shirt de Bran et l’attirer vers lui alors qu’il faisait également un pas pour se rapprocher du garnement.
- Je me méfie toujours de tes questions. J’ai toujours l’impression qu’à la moindre mauvaise réponse, tu vas me filer entre les doigts. Et je ne le veux pas.
Il pinça les lèvres et glissa les doigts sous le bras de Bran pour le forcer à les décroiser et pouvoir passer le sien autour de sa taille et l’attirer à lui.
- J’aurais préféré le faire dans un autre décor mais je fais avec les moyens du bord, tu m’excuseras, hein ?
Jax esquissa un sourire indéchiffrable et vint cueillir la bouche impudente, resserrant légèrement son étreinte pour vaciller doucement d’avant en arrière, Bran pressé contre lui. Et, une fois de plus, l’ouvrier se dit que s’il devait définir le bonheur, ce serait ça : embrasser Brandon Rose, peu importe l’endroit.
avatar
Jax Beauchamp

Messages : 77
Date d'inscription : 20/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: TC - confinement

Message par Jax Beauchamp le Mar 19 Juin - 14:55

Brandon Rose a écrit:Bran ne savait pas pourquoi il amenait le sujet des autres. La question s’était brutalement imposée à lui lorsqu’il avait pénétré cette alcôve secrète. Il y avait quelque chose dans cette rencontre furtive et cachée quelque chose de grisant qui accélérait son rythme cardiaque et pourtant, pourtant, il ne pouvait pas empêcher un sentiment insidieux de naître au creux de son ventre. Il y avait dans le fait de se cacher une sorte de culpabilité qui ne disait pas son nom, tout un mode de vie qui trouvait ses fondements dans la honte et Bran se demandait comme Jax avait fait jusqu’ici. Et comment il ferait, avec lui. L’image d’Aspen le rattrapa, l’image de ses amis, de ses parents, de la vie à laquelle il était promis et il se sentit soudain étouffé entre les murs de cette pièce sombre qui avait l’air de les accuser de quelque chose. Mais Jax l’attira à lui et lorsqu’il se retrouva dans ses bras, le sentiment de malaise fut brièvement effacé pour laisser place à cette tiédeur confortable et douce, à cette évidence qui se formait dès que leurs corps s’épousaient l’un contre l’autre. Il aurait voulu dire à Jax qu’il n’allait nulle part, qu’il était juste un gosse insecure et jaloux de fantômes, mais il releva simplement les yeux, la gorge nouée, et laissa l’ouvrier venir effacer ses doutes d’un baiser dans lequel il s’abandonna. Il ferma les yeux, passa ses bras autour de la nuque de Jax et se haussa sur la pointe des pieds pour mieux appuyer sa bouche contre la sienne. Le temps s’étira. « Tu es tout pardonné. » ronronna-t-il lorsque leurs corps s’écartèrent l’un de l’autre. Il redescendit sur ses pieds mais resta enlacé contre Jax, observant avec intensité le détail de ce visage anguleux. Sa main vint glisser sur la joue de Jax, caressa le contour de la mâchoire et vint effleurer ses lèvres. « On pourrait s’en aller, tu sais. Changer de décor complètement. » lâcha-t-il soudainement, conscient qu’il mettait des mots sur une idée qu’il nourrissait en secret depuis des mois, avant même que la météorite Jax Beauchamp ne vienne faire imploser son univers. « Même avec les moyens du bord, on pourrait s’échapper ici. » ajouta-t-il. Il jouait sur les mots, mais dans son regard anxieux, dans son étreinte urgente, il savait que Jax pourrait lire ce qu’il proposait réellement.
avatar
Jax Beauchamp

Messages : 77
Date d'inscription : 20/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: TC - confinement

Message par Jax Beauchamp le Mar 19 Juin - 14:58

Jax Beauchamp a écrit:Il en aurait presque oublié qu’il existait un monde, à l’extérieur, juste derrière ces portes. Jax n’avait pas vraiment la sensation de se cacher à partir du moment où il ne dissimulait pas son homosexualité. Il ne se sentait pas pour autant proche de la communauté gay mais il vivait ses relations sans rien demander à personne, ni l’avis, ni l’approbation. Son père ignorait sûrement tout de sa sexualité – non pas qu’elle le regarde – et Jax savait ce qu’il en aurait pensé s’il avait su mais même à ce dernier, Jax n’entendait pas cacher qu’il couchait avec des garçons. Ça ne regardait personne, en réalité, sinon lui-même et celui avec qui il couchait. Pourtant, là, il explorait quelque chose de neuf : une répétition qui n’avait jamais eu lieu d’être auparavant. Il n’avait jamais revu ses amants précédents, ne connaissait pas leur prénom, pour la plupart, et s’en moquait d’ailleurs complètement. Avec Bran, par contre, il n’aspirait qu’à recommencer, en boucle, ces gestes simples mais précieux qui consistaient à se découvrir, du bout des doigts ou des lèvres, d’entrouvrir la porte sur l’âme et de partir à la découverte de celle de l’impudent. Il n’irait pas le faire au vu et au su de tous, non pas parce qu’il ne voulait pas être vu en compagnie d’un garçon mais parce qu’il n’avait jamais eu à le faire et que cela devait signifier quelque chose. Or, à l’évidence, ils devaient se cacher. Pour Bran qui, jusqu’à preuve du contraire, était toujours officiellement avec sa copine. Pour lui-même aussi, parce qu’il n’avait aucune idée de comment procéder autrement. Cela n’avait pourtant pas l’air si compliqué, à première vue, si cela consistait à pouvoir embrasser et serrer Bran contre lui quand l’envie lui en prenait. Mais il n’avait aucun mal à se figurer l’image qu’ils donneraient, tous les deux, l’ouvrier sans le sou et le gosse de riche. Personne ne verrait ce rapprochement d’un bon œil et Jax ne savait pas si cela faisait naitre de la crainte ou de la colère en lui mais il ne voulait pas s’attarder dessus et préférait profiter du moment volé qui lui était offert. Et tant pis si c’était dans un local poussiéreux.
Jax garda Bran contre lui et le dévisagea alors que la main de l’adolescent glissait sur sa joue, sa mâchoire et ses lèvres. Son cœur battait comme un chien fou, tout contre le corps de Bran et il pivota doucement pour adosser Bran au mur le plus proche, le prenant en sandwich entre son corps et les briques usées. Il pencha légèrement la tête quand Bran reprit la parole, comme s’il ne saisissait pas le sens de ses paroles quand, en réalité, il n’avait pas besoin de lui faire un dessin. Il n’avait qu’à voir le regard changeant de Bran, ou sentir ses bras qui se refermaient sur lui comme s’il allait s’évaporer. Jax le contempla un instant, envisageant les diverses options qui s’offraient à lui, à eux, et il vint distraitement caresser l’oreille et la courbe du cou de Bran pour finalement opter pour la voie la plus lâche, en faisant comme s’il n’avait pas compris ce que Bran lui proposait :
- Quoi, il te plait pas, mon château de matelas usés ? demanda-t-il en fuyant le regard de l’adolescent pour se concentrer sur sa main qui remontait vers les cheveux soyeux et s’y perdait, comme elle pouvait le faire inlassablement.
Toutefois, bien conscient qu’il ne pourrait pas faire l’idiot bien longtemps, il reprit presque aussitôt :
- C’est quoi, ton but ? Fuir pour ne pas avoir à avouer à ta nana que tu la trompes avec le fils du jardinier ? Qu’est-ce qui te fait peur ? L’université, l’année prochaine ? Tu crois qu’en détalant comme un lapin, tu vas échapper à ta vie ?
Il s’en voulait d’être aussi accusateur, il aurait dû le laisser rêver, ça lui aurait sûrement passé. Mais peut-être qu’il sentait que l’appel était plus profond que ça et cela lui faisait peur d’avoir cette responsabilité. Qu’arriverait-il s’il disait okay, cassons-nous et que Bran regrettait son choix, dans les semaines ou mois à venir ? Plus égoïstement, il aurait aussi pu lui répondre : qu’est-ce que tu veux que je fiche ailleurs qu’ici ? A la place, il fit sûrement pire mais sa maladresse le mena là où il ne voulait pas aller.
- Tu nous vois partir bras dessus dessous comme un joli petit couple ? On couche une fois ensemble et tu fais déjà des plans sur la comète ? T’es pire qu’une nana, ma parole.
Les mots étaient à peine sortis qu’il les regretta amèrement mais il masqua son incertitude sous un sourire qui se voulait désinvolte, qui disait arrête de te prendre la tête.
- On est pas bien, là ? conclut-il, peu convaincant, en resserrant son étreinte avant que Bran ne lui échappe.
avatar
Jax Beauchamp

Messages : 77
Date d'inscription : 20/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: TC - confinement

Message par Jax Beauchamp le Mar 19 Juin - 14:58

Brandon Rose a écrit:Il n’aurait pas dû aborder le sujet. Il lui semblait que tout ce qui sortait de sa bouche depuis qu’il avait dépassé le seuil de cette petite porte était à l’opposé de ce qu’il voulait dire à Jax. Il aurait dû se taire, ouvrir sa bouche seulement pour laisser celle de Jax investir la sienne, cacher son visage dans le creux de ce cou bien dessiné. Se perdre contre son corps immense qui l’enlaçait si bien, qui venait s’imbriquer là où les autres corps qu’il avait effleurés n’avaient jamais fait que le frôler. Il aurait dû jouer le jeu, être insolent et narquois  et faire taire Jax d’un baiser pour lui faire oublier ces autres garçons dont ils ne parleraient sans doute pas. Mais il n’était qu’un gamin, et l’été approchait, et bientôt, ce serait septembre, bientôt, ce serait la rentrée, l’université, la fin de Windmont, la fin de Jax et il n’arrêtait pas d’y penser depuis qu’il avait quitté le lit de l’ouvrier. Il ne voulait pas voir son rêve prendre fin. Mais pour une fois, c’était bien les mots de Jax qui l’enterraient et chaque refus fut un coup de poignard dans son abdomen. Le souffle coupé, Bran sentit son corps lui échapper pendant quelques secondes. Comment avaient-ils pu mal se comprendre à ce point ? Comment Jax pouvait-il tout balayer d’un geste de la main ? Ca ne voulait donc rien dire pour lui, ces mois de fuis-moi je te suis ? Il repensa à la concrétisation, il y avait quelques jours de ça, de cette attirance irrésistible, à la facilité à laquelle il s’était offert à l’ouvrier, à la confiance aveugle qu’il avait déposé en lui, et la tête lui tourna, la bile lui monta à la gorge. « Bien ? Tu te fous de moi ? » Il repoussa Jax de ses deux bras et resta plaqué au mur, comme s’il allait tomber. « Je ne vais pas bien. Et tu peux te raconter toutes les conneries que tu veux, mais tu vas pas bien non plus. » Sa voix tremblait légèrement mais c’était son regard, oh, c’était son regard qui parlait pour lui, un océan de détresse et de peine qui allait les engloutir tous les deux. Bran ne faisait pas de prisonniers, et cette fois-ci, ni Jax ni lui allaient en sortir indemnes. « Et la tienne, de vie, tu veux pas y échapper ? Wow, Jax. Tellement hâte de voir ta brillante carrière décoller à la scierie. » persifla-t-il, meurtrier. Il s’était redressé et avait décollé son dos du mur. Il était pâle, livide même, et il serrait les poings, parcouru d’une rage que seul Jax était capable de convoquer chez lui. Le mépris que l’ouvrier lui avait opposé, avec autant de facilité qu’une gifle, coulait encore le long de son dos glacé. « Tu saurais pas ce que c’est, que d’être un couple, de toutes façon. Peut-être que je trompe ma copine. Mais moi, je sais que c’est, d’être avec quelqu’un. D’être la moitié de quelque chose. » cracha-t-il. Il sentait les larmes lui monter stupidement aux yeux et il les ravala, ne faisant briller que la fureur au fond des prunelles de glace. On aurait pu être la moitié l’un de l’autre. « T’as la trouille de tout. Même d’être heureux. » Heureux avec moi.
avatar
Jax Beauchamp

Messages : 77
Date d'inscription : 20/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: TC - confinement

Message par Jax Beauchamp le Mar 19 Juin - 14:58

Jax Beauchamp a écrit:Leur nuit ensemble n’avait-elle été qu’un calme dans la tourmente ? Jax se le demandait alors qu’il sentait le garnement se raidir contre lui. Voilà. Ce qu’il redoutait le plus se produisait : il n’apportait pas la réponse attendue et Bran lui échappait. C’était comme essayer de capturer l’eau avec ses doigts, elle filait par tous les interstices et il ne restait au final que quelques gouttes dont il ne pouvait se contenter. Et en même temps, Bran pouvait-il sincèrement croire qu’il allait accepter son idée folle, sauter au volant de son camion et l’emmener loin de Windmont Bay ? C’était utopique et c’était peut-être là qu’ils divergeaient le plus, eux qui n’avaient rien en commun au départ. Bran avec de grands rêves, des espoirs fous, Jax n’osait rien espérer et avait enfermé ses rêves depuis si longtemps qu’ils devaient en être rendus au stade de poussière. Le gorge de l’ouvrier se noua mais il ne bougea pas, ne défit pas son étreinte, sentit juste son cœur accélérer, non plus pour danser de cette joie idiote d’avoir Bran contre lui mais de panique, de pure panique alourdie par les regrets. A peine entamée, leur relation indéfinie s’effilochait et Jax ne voyait pas ce qu’il pouvait faire pour maintenir l’illusion qu’il puisse exister une chance qu’ils résistent aux obstacles mis sur leur route. Bien ? Tu te fous de moi ? Les mots de Bran l’écorchèrent vif et son visage prit une autre teinte, celle de l’humiliation naissante, de l’impuissance carrée, brutale, contre laquelle il ne pouvait rien. Il n’opposa pas de résistance quand Bran le repoussa et il recula d’un pas comme si, au lieu de l’écarter, Bran l’avait frappé en plein sternum. Car c’était un peu l’impression que ça donnait. Mais ça ne fut rien à côté de la dégringolade d’entendre Bran répliquer qu’il n’allait pas bien et Jax aurait voulu revenir à lui, saisir son visage entre ses mains et en embrasser chaque parcelle, comme si cela allait naïvement faire disparaitre le mal qui le rongeait. Mais la suite de la remarque acerbe l’arrêta et l’ouvrier contempla l’adolescent d’un air interdit. Tais-toi, le supplia du regard Jax, en vain. Il déglutit nerveusement, incertain d’être prêt à encaisser la suite. Ses bras retombèrent le long de ses flancs et ses mâchoires formèrent un bloc solide, verrouillé. Il lui fut d’autant plus dur d’extirper un ordre qu’il prononça si bas que Bran ne l’entendit probablement pas :
- Ferme-la…
Il ne voulait pas l’écouter, il ne voulait pas l’entendre énoncer des vérités qui ne feraient de bien à personne, lui le dernier. Blême, il recula encore d’un pas, comme si cela allait lui permettre d’échapper à la voix râpeuse de son jeune amant.
- Ouais, et on voit ce que tu en fais, d’être la moitié de quelque chose ! gronda Jax, la colère sourde le submergeant.
Il avait volontiers fait abstraction de ce détail qui n’en était pas un. Il avait mis Aspen dans un coin, comme si elle était quantité négligeable alors qu’il était évident qu’elle voilait leur liaison d’une ombre funeste. Même si Bran rompait avec elle, Jax ne pourrait s’empêcher de ressentir une honte brûlante, celle d’être la cause d’un malheur que l’adolescente ne méritait pas. Mais il avait voulu passer outre, parce qu’il ne voulait pas passer à côté de Bran, il n’avait pas pu résister à cette attraction mais n’était-ce pas la première erreur de parcours ? Et, en même temps, s’il avait exigé que le gamin choisisse, de quoi aurait-il eu le plus peur ? Qu’il la choisisse elle ? Ou lui ? Bran disait vrai : il ne savait rien, ni ce que c’était d’être un couple, ni d’appartenir à quelqu’un et, pourtant, à cet instant précis, il était déchiré parce qu’il ne voulait pas perdre le peu de choses qu’il avait pu grappiller. T’as la trouille de tout. Même d’être heureux.
Jax eut un reniflement furieux et il secoua la tête, comme s’il voulait chasser les mots avant qu’ils creusent leur nid dans son esprit. Il recula, encore et encore.
- Et tu crois que déplacer le problème va le régler ? Tu crois que la vie qui m’attend ailleurs sera meilleure qu’ici ? Au moins, ici, j’ai un job, j’ai un appart, je ne dépends de personne. Ça ne changera rien à qui je suis. Je crois que tu rêves trop grand parce que tu peux te le permettre. Moi, si j’imagine ne serait-ce que le quart de ce tu attends, j’aurai l’impression d’être un imbécile.
Il détestait devoir se justifier, il détestait ouvrir les plaies purulentes qu’il tâchait de dissimuler sous des couches et des couches d’entêtement. Face à Brandon Rose, cependant, cette carapace ne valait rien et un rictus douloureux lui arqua les lèvres alors qu’il laissait échapper un rire sec, sans joie :
- Mais en fait, je ne suis que ça. Un imbécile. Pour avoir cru que ce que je pouvais t’offrir, ça pouvait suffire. Ça ne sera jamais assez et il vaut peut-être mieux que tu t’en rendes compte maintenant, avant que t’aies la bêtise de ruiner tes chances avec ta gonzesse.
Jax avait l’impression de dégueuler ses tripes et son cœur aux pieds de Bran mais à ce stade il s’en fichait.
- Si j’avais voulu être psycho-analysé, j’aurais été directement voir mon père, il est très doué pour me rappeler à quel point je ne vaux rien. Je n’avais vraiment pas besoin que t’en rajoutes une couche.
Le jeune homme soupira et alla s’adosser au mur de matelas.
- Si on était pas coincés dans ce foutu gymnase, je mettrais les voiles mais puisqu’on a pas le choix et que je n’ai plus envie de te voir, je propose que t’ailles rejoindre tes petits copains et ta poupée Barbie et que tu me foutes la paix.
Il ploya les jambes, comme écrasé par un fardeau trop lourd même pour ses larges épaules et se pencha en avant pour poser les coudes sur ses genoux et le front dans ses mains. Il voulait qu’il dégage et ne voulait pas le voir partir en même temps. Et toutes ces émotions lui donnaient le tournis. Pourquoi fallait-il toujours que tout se dégrade si vite, comme s’il n’avait pas droit à une petite portion de bonheur. Il n’en demandait pas beaucoup pourtant, si ?
avatar
Jax Beauchamp

Messages : 77
Date d'inscription : 20/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: TC - confinement

Message par Jax Beauchamp le Mar 3 Juil - 8:21

Brandon Rose a écrit:Bran ne pouvait pas comprendre qu’il ne puisse pas comprendre. Il ne parvenait pas à faire sens de la résistance de l’ouvrier face à son offre, pas quand tout ce qu’il lui proposait, c’était de s’enfuir tous les deux de cette ville qui les condamnait au secret. Partir, juste partir, prendre le camion de Jax un soir et se réveiller sur la route, au milieu de nulle part, avec pour seule certitude d’avoir mis Windmont Bay derrière eux. Partir, être ensemble, avec tout ce que ça invitait de failles et de mystère, mais partir, juste partir. Et Jax refusait cette opportunité. Mais au final, pourquoi était-il si surpris ? Bran eut un sourire amer. Jax avait raison. Ils couchaient une fois ensemble et voilà qu’il s’emportait. Qu’est-ce qu’il était allé s’imaginer ? Qu’il était spécial aux yeux de Jax, que parmi les autres, il pouvait se démarquer ? Beauchamp lui avait toujours fait comprendre qu’il n’était pas si remarquable que ça. Qu’il n’était qu’un petit idiot insupportable qui n’avait que son fric et sa belle gueule pour lui, qu’il n’avait au final rien d’exceptionnel si ce n’est ce don pour avoir toujours le mot de travers. Dans ce cas, pourquoi aurait-il voulu s’enfuir avec lui ? Tout était clair désormais et les explications de Jax n’étaient qu’un moyen d’enjoliver la vérité : qu’entre eux, il n’y avait jamais rien eu d’autre que du sexe dénué de toute autre implication. Toutefois, lorsque Jax fit allusion à son père, Bran releva vivement les yeux et ne put s’empêcher de serrer les poings. « T’es sérieux là ? Tu me compares à ton père ? » lâcha-t-il d’une voix étranglée de rage. Piqué au vif, Bran se mordit l’intérieur des joues pour ne pas exploser complètement et observa Jax se recroqueviller sur lui-même, fuir la confrontation, comme d’habitude. Comme toujours, le fils du jardinier l’évitait mais ça ne passerait pas ainsi aujourd’hui. « C’est moi l’imbécile. Pour avoir cru que j’étais autre chose qu’un coup de bite pour toi. » Bran eut un rire nerveux et croisa les bras, secouant la tête comme pour se défaire d’un mauvais rêve. Mais c’était la réalité, leur réalité, eux dans ce placard sombre et poussiéreux, métaphore parfaite de leur situation. « Est-ce que ça en valait la peine, Jax ? Tu préparais ça depuis combien de temps ? Tu t’es bien amusé, c’était drôle de baiser le petit gosse de riches ? Tes potes ont bien rigolé quand tu leur as dit, ils t’ont félicité, j’parie ? » Sa voix montait dans les aigus. Il ne voulait pas pleurer, pas devant ce connard qui venait de lui briser le cœur, mais sa vue se brouilla et il détourna les yeux. « J’ai déjà ruiné mes chances avec Aspen. Quand je la regarde, c’est toi que je pense. A toi et à ta foutue peur de merde ! » De rage, il shoota dans un ballon usé qui alla rebondir contre le mur et il se tourna une dernière fois vers Jax. « Je veux plus jamais te voir. Plus jamais. » La sentence était tombée, indéniable, irréversible. Jax Beauchamp lui avait brisé le cœur et pour ça, Bran ne pardonnerait pas. Il ouvrit la porte du local, non sans jeter un dernier regard à ce garçon à qui il avait tellement rêvé et sortit dans le couloir. Du bruit à sa gauche le fit sursauter il et s’enfuit vers les toilettes. Seulement, ces dernières n’étaient pas vides et il tomba sur une silhouette qu’il connaissait bien, ainsi qu’une jeune fille qui lui disait vaguement quelque chose mais dont il aurait été incapable de dire pourquoi. « Alfie ? » Il resta interdit, oubliant pendant un instant son état pitoyable et ses yeux rougis. Puis un regard dans le miroir le lui rappela et il eut un sourire d’une tristesse insondable. « On a tous nos secrets, à ce que je vois. » Quand bien même le sien se lisait comme un livre ouvert sur son visage dévasté.
avatar
Jax Beauchamp

Messages : 77
Date d'inscription : 20/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: TC - confinement

Message par Jax Beauchamp le Mar 3 Juil - 8:22

Jax Beauchamp a écrit:La fuite n’était-elle pas son seul moyen de se préserver ? C’était ce qu’il avait toujours privilégié, en tout cas, aussi loin que remonte sa mémoire. Il fuyait son père, il fuyait Topaz, il fuyait le monde, il se fuyait lui-même et, maintenant, il fuyait Bran. Mais qu’aurait-il pu faire d’autre ? Tergiverser ne mènerait à rien. Il semblait évident, dès le départ, qu’ils étaient incompatibles, que leurs caractères et leurs origines ne leur permettraient pas de se comprendre mais, en un sens, Jax avait espéré qu’en essayant, ils se prouveraient le contraire. Erreur monumentale qui les menait là, dans ce cagibi poussiéreux, à une confrontation dont aucun ne sortirait victorieux, Jax le savait.
Le sourire plein d’amertume qui vint déchirer le visage de son ange déchu lui arracha un morceau de son cœur mais que pouvait-il y faire ? Si Bran ne pouvait pas comprendre qu’il tenait au peu de sécurité qu’il avait acquise au fil de ces dernières années, il ne pouvait pas non plus lui expliquer. C’était peut-être lâche, aux yeux du gamin qui n’avait jamais eu à s’inquiéter pour lui-même. C’était lui montrer, aussi, qu’il ne recelait aucune magie, qu’il n’était qu’un ouvrier basique, attaché à ce qu’il tenait entre les mains et qui avait trop peur de lâcher prise, même pour sauter dans le vide avec un adolescent trop sûr de lui. Il aurait dû lui faire confiance, sans doute, tenter une fois un coup de folie en se disant que ça n’était pas si grave s’ils se plantaient, s’ils le faisaient à deux. Mais pour ça, il aurait fallu qu’il se considère comme un duo, la main dans la main. Un couple. Mais il n’était qu’une roue libre, qui patinait toute seule, dans le vide, pendant que Bran continuait à jouer sa mascarade avec sa petite amie. Alors comment aurait-il pu considérer le gamin comme son petit ami ? Il n’osait de toute manière pas l’envisager, encore moins attendre quoi que ce soit du trublion.
Jax ne répondit pas lorsque Bran s’insurgea d’être comparé à son père. Il ne haussa même pas les épaules pour chasser ce qu’il considérait comme un détail. Ça n’était pas ce qu’il avait voulu dire mais bien sûr que Bran le prenait pour lui, se sentait insulté par la référence. Il réagit par contre lorsque Bran siffla qu’il n’avait été qu’un coup de bite et Jax le fusilla du regard, entre fureur et réprobation. Il aurait dû le détromper, il le savait, lui assurer que non, mais ses lèvres étaient pincées et refusaient de laisser échapper la moindre protestation. A quoi bon répondre ? A quoi bon maintenir l’illusion ? C’était déjà assez douloureux après une nuit passée ensemble, qu’est-ce que cela ferait s’il s’investissait davantage dans cette relation chaotique qui ne mènerait nulle part ? Tôt ou tard, Bran se lasserait, retournerait dans son monde doré et ne verrait cette période que comme une phase d’expérimentation, Jax en était persuadé. Il ne voulait pas, il ne pouvait pas se terrer dans le rêve quand la réalité menaçait à tout instant de le rappeler à elle.
Bran continua sa litanie et Jax posa la main sur ses yeux pour ne plus le regarder, à défaut de pouvoir être sourd à sa détresse et la cruauté de son ego piqué au vif. Il serra les mâchoires, le laissa déverser toute sa colère, si seulement cela pouvait l’apaiser, ce dont l’ouvrier doutait cependant. Il cilla à peine lorsque le choc du ballon résonna dans la pièce mais il se redressa lentement, s’adossant à son mur pour recevoir la sentence implacable qui le percuta de plein fouet : Je veux plus jamais te voir. Plus jamais.
Jax ferma les paupières, incapable de le regarder partir et quand la porte se referma doucement avec un grincement, Jax eut l’impression de se dégonfler comme un ballon, glissant jusqu’à se retrouver assis à terre, les jambes repliées et les coudes posés sur ses genoux. Il dissimula son visage entre ses bras croisés et murmura, pour lui seul :
- Oh Bran… tu es tout sauf un coup de bite…
Comment avaient-ils pu passer du paradis à l’enfer en l’espace de quelques jours à peine ? C’était simple, en fait. Aussi simple que lorsqu’ils étaient passé de l’enfer de ne pas se comprendre au paradis d’être seuls au milieu de l’univers.
Mais c’était ça, le problème : l’univers avait un don singulier pour venir tout torpiller comme un jeu de quilles.
Et ils n’avaient pas gardé leur fragile équilibre.
avatar
Jax Beauchamp

Messages : 77
Date d'inscription : 20/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: TC - confinement

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum